La respiration

La respiration est une fonction qui permet l’échange gazeux entre le sang et l’air atmosphérique en fournissant à l’organisme l’oxygène dont il a besoin et en expulsant les déchets gazeux de l’activité tel que le CO2 (dioxyde de carbone). Elle correspond à deux mécanismes :

L’inspiration : qui fournit l’oxygène de l’air à l’organisme ;
L’expiration : qui permet d’éliminer le CO2

Ces mouvements se font grâce aux muscles respiratoires intercostaux et le diaphragme (muscle fin à la base des poumons qui sépare la cage thoracique de l’abdomen)

L’échange gazeux se produit au niveau des alvéoles pulmonaires par phénomène de diffusion (dite alvéolo-capillaire) grâce à un mécanisme appelé « ventilation pulmonaire ».

La respiration cellulaire


Le terme "respiration" a aussi un autre sens lorsqu’il correspond aux réactions chimiques oxydatives à l’intérieur des cellules de l’organisme.

La respiration cellulaire est la consommation d’oxygène qui dégrade le glucose et les lipides en produisant du CO2.

Le CO2 est produit par une réaction d’oxydo-réduction. Il en résulte une production d’énergie (sous forme de molécules appelées ATP : Adénosine TriPhosphate). Le CO2 produit est dissous dans le plasma sanguin et réacheminé vers les poumons par la circulation sanguine veineuse pour être expulsé dans l’air pulmonaire par le mécanisme d’expiration.

Circulation et échanges gazeux


Lors de l’inspiration, l’air entre dans les poumons via la cavité nasale puis la trachée, le dioxygène (O2) contenu dans l’air passe à travers la paroi des alvéoles pulmonaires. Il se fixe alors dans les capillaires sanguins directement sur les globules rouges (hématies), à l’inverse, le CO2 dissous dans le plasma sanguin passe lui du sang vers l’air pulmonaire pour être expulsé lors de l’expiration.

Le sang oxygéné est alors transporté dans l’ensemble de l’organisme (organes et cellules) par les artères grâce à la circulation sanguine.

La respiration, fonction automatique


La respiration est un phénomène automatique et inconscient. Au repos, le rythme ou fréquence respiratoire d’un adulte moyen est de 16 respirations par minute.

Chaque jour, un adulte inspire environ 8000 litres d’air (à raison de 0,5 litre d’air environ par inspiration).

La capacité pulmonaire


Les poumons d’un adulte ont une capacité moyenne de 3 ou 4 litres.
D’habitude, le volume d’air que nous inspirons et expirons n’est guère supérieur à 0,5 litre, mais en cas d’effort, il peut dépasser les 3 litres.
Comme l’air se compose de 21% d’oxygène, un adulte inspirant en un jour 12.000 litres d’air inspire donc 500 à 600 litres d’oxygène.

Le nez, première barrière


Les poils et les parois nasales arrêtent les plus grosses particules (poussière…) contenus dans l’air que nous inspirons, les autres sont stoppées dans le mucus du nez.

L’air est également réchauffé dans le corps, c’est pourquoi nous formons un nuage de vapeur en hiver lorsque nous respirons.

La toux et les éternuements


Ils jouent un rôle important dans la protection des poumons.
Ils expulsent des particules qui pourraient irriter les bronches ou les voies nasales.

Les maladies respiratoires

Selon l’OMS, les maladies respiratoires se situeront au 2ème rang des causes de mortalité en 2020.
MIR France
290, Chemin de Saint Dionisy, Jardin des entreprises, 30980 Langlade (FRANCE)
Tel. : +33 4 66 37 20 68 Fax. : +33 4 84 25 14 32